Rechercher

La roue du destin




Ce que vous ne ressentez pas ne peut être vrai pour vous, ce que vous ne voyez pas ne peut être ressenti non plus. Le ressenti crée l’image, l’image crée le ressenti. L’une est la source, l’autre est une réaction.


Tout ce que vous ressentez à partir d’une image, animée ou non, c'est une association d’idées référée à un évènement du passé. Un souvenir qui vous plonge dans un passé, souvent inconscient, et qui a laissé son empreinte dans vos cœurs.


Ce sentiment, à partir d’une image, bon ou mauvais, positif ou négatif, agréable ou désagréable, est un souvenir que tu cherches à oublier ou à revivre.


C’est la polarité de ton esprit qui te garde prisonnier dans le passé. C’est à cause de cette polarité que tu reproduis le passé sans cesse. Ainsi tu crées la roue du destin, des événements qui se répètent sans cesse changeant uniquement la forme, mais l’impression reste la même.


Cette roue tourne depuis la nuit des temps, elle est devenue le symbole du destin voire, pour certains, le symbole de la fatalité. Mais il n’en est rien.


Le passé se reproduit dans ta réalité parce que tu le retiens, parce que tu te voues encore au culte du mal et du bien.


Un seul jugement suffit pour te propulser dans le passé et te pousser à répéter, encore et encore, des événements morts, sans vie, qui sont déjà passés dont tu as négligé de tirer la leçon.


Ton destin est déjà achevé, ta roue a déjà tourné. Tu as déjà expérimenté le bien et le mal. Si tu t’ennuies, si tu es las de vivre, c’est parce qu’il n’y a plus rien à faire mais tu ne sais pas comment quitter cette dimension.


Et pourtant c’est simple, tu t’emprisonnes dans cette dimension par le jugement, car c’est le monde du bien et du mal, n'espère pas pouvoir établir une quelconque justice dans une telle dimension.


A chaque fois que tu juges une situation tu crées une énergie de lutte pour la vaincre.


A chaque fois que tu juges une situation bonne tu crées une énergie de lutte pour la protéger, car tu supposes qu’elle pourrait devenir mauvaise.


C’est cette lutte qui fait tourner la roue, lorsque tu arrêtes de juger, la roue s’arrête et le monde de la dualité s’effondre. Tu sortiras de la cage pour rejoindre ta famille qui attend patiemment ton éveil.


Cette cage était dans ta tête, dans ton esprit, elle n’a jamais eu de réalité en dehors de ton imagination.


L’amour inconditionnel que tu as appris à travers les ténèbres te donne la faculté de vivre dans un monde d’individualité, non duel, où des individus indépendants vivent en harmonie.


Car dans l’Amour universel l’impossible n’existe pas, il est, plutôt, du domaine du mental, il est la marque du limité.


La Mère Gitta :

Mère de l’Humanité






Riad Zein-logo-baseline-3 copie.png